Artistes en résidences

Du temps et de l’espace pour créer. Véritable incubateur de création en danse contemporaine, l’Agora de la danse accueille toute l’année des artistes dans ses studios montréalais, pendant une, deux ou plusieurs semaines, pour mener leurs premières recherches chorégraphiques, leur travail de création avec les collaborateurs et le peaufinage plus technique de leurs œuvres. Ce soutien est la pierre angulaire d’un milieu chorégraphique toujours plus fertile et innovant.

Résidence Québec 2022-23 | Appel à projets

Nouvelle résidence de création pour les artistes de la danse du Québec
Une première fois

La pandémie a décuplé le besoin et la pertinence des résidences artistiques pour soutenir les créateur.trice.s. Forte de 30 ans d’accompagnement des chorégraphes québécois.e.s, l’Agora de la danse lance un appel à projets, pour deux périodes de résidence de création, destiné à des artistes professionnel.le.s de la danse du Québec, qui n’ont jamais bénéficié de soutien et/ou de diffusion en ses murs. Chaque résidence consiste en deux semaines de travail dans l’Espace blanc.

En offrant ces deux temps de résidence, l’Agora souhaite :

  • renforcer son engagement auprès du milieu
  • favoriser la rencontre humaine et artistique
  • donner voix à une diversité de pratiques actuelles autour du corps

Date limite 27 mai 2022 – 16 h

TOUS LES DÉTAILS ICI

Résidence internationale

Résidences croisées Italie / Québec

l’Agora de la danse, Le Teatro Pubblico CampanoTAN Teatri Associati di Napoli sont fiers de collaborer à ce premier projet de résidences de création croisées en danse entre l’Italie et le Québec initié par CINARS et la NID (New Italian Dance Platform)

La découverte, le partage et l’échange culturel entre professionnel.le.s de la danse sont au cœur de ce projet qui se poursuivra sur 3 ans.

C’est à Montréal que commencera cet échange.

En effet, du 10 au 30 avril 2022, l’Agora de la danse a le plaisir d’accueillir la chorégraphe italienne Francesca Pennini, accompagnée des artistes Alberto Favretto et Angelo Pedroni,  afin qu’ils amorcent la création du projet Abracadabra dans l’Espace blanc.

Cet accueil est rendu possible grâce au soutien de Istituto Italiano di Cultura di Montréal

Istituto Italiano di Cultura di Montréal

L’Agora remercie également le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Ministère de la Culture (Italie) ainsi que la Délégation du Québec à Rome pour leur soutien.

FRANCESCA PENNINI (Ferrara, 1984) débute comme gymnaste pour se consacrer ensuite à la danse contemporaine. Elle étudie au Balletto di Toscana ainsi qu’au Laban Centre à Londres, tout en explorant une large palette de disciplines : du butô à la plongée en apnée, en passant par les arts martiaux et les concours de disco.

Après avoir travaillé comme danseuse indépendante pour Sasha Waltz & Guests, elle fonde la compagnie CollettivO CineticO en 2007, filet flexible d’artistes : plus de cinquante membres de disciplines diverses se focalisent sur le mouvement en maintenant la structure de la compagnie en constante dynamique. Son travail traverse les genres et les codes, reformate les règles de l’événement performatif et remet en question la relation au public, rencontrant différents types de corps et d’espaces avec une approche rigoureuse, quoiqu’ironique. Professeure invitée de théâtre et d’arts de la scène à l’Université IUAV de Venise, elle donne également des conférences et des séminaires dans des musées et des centres d’art.

CollettivO CineticO est un groupe d’arts performatifs expérimental fondé en 2007 par la chorégraphe Francesca Pennini, dont le travail traverse les genres et les codes, reformate les règles de l’événement performatif et remet en question la relation au public, grâce à une approche rigoureuse, quoiqu’ironique, se faufilant dans les interstices entre danse, théâtre et arts visuels. Ses membres développent aussi des dispositifs et des méthodes pour toute une gamme de corps et d’espaces, de la scène de théâtre aux espaces virtuels, en passant par la complexité urbaine et les missions mimétiques de la vie quotidienne. À ce jour, le groupe a créé 60 productions, couronnées de nombreux prix.

Francesca PenniniFrancesca Pennini

Je suis en route pour Montréal, à la recherche du·de la correspondant·e de mon enfance.

Un·e étranger·ère qui pourrait être n’importe qui. Un·e étranger·ère avec qui j’ai partagé une intimité, cette proximité issue de la distance.

Un·e étranger·ère qui parlait la langue de l’écriture manuscrite, dont le ton de voix est fait d’encre et de graphie.

Un·e étranger·ère enrobé·e de mystère et désormais transformé·e par trente ans de vie.

Ce·tte étranger·ère pourrait être n’importe qui. Ce·ette étranger·ère est en chacun·e des spectateur·rice·s.

Et quiconque je rencontre dans l’avion, dans les rues, au café peut être mon·ma spectateur·rice, mon ancien·ne correspondant·e, et pourrait se faire mon·ma complice en une nouvelle forme de lien.

Je commencerai la création de ma nouvelle pièce depuis ce souhait, tentant de dessiner un environnement pour la métamorphose.

Un lieu où différentes langues et différents corps peuvent mêler réalité et perception en une constante transformation. Un petit monde d’états de présence parallèles, pour disparaître entre réalité et virtualité, pour apparaître dans la singularisation des mots et de la chair.

Une magie de tous les jours, en quelque sorte.

Nous nous rencontrerons en silence entre les mots, dans les sons purs d’une langue étrangère, dans l’infinie traduction du corps.

Je t’attends.

Je construirai une petite maison pour nous, qui te souhaitera la bienvenue.

Ce sera notre scène, notre lettre, notre secret.

Artistes associés

Accompagnement et complicités. Ces artistes sont un peu chez eux à l’Agora, qui leur offre des résidences sur de plus longues durées (2 ou 3 ans) afin d’accompagner tout le processus de création d’une œuvre. En retour, ils apportent leur contribution au milieu de la danse et au public (mentorat, ateliers, répétitions ouvertes, etc.).

Catherine Gaudet

Catherine Gaudet s’intéresse aux transformations du corps générées par l’ambiguïté qui anime l’être. Elle approche son travail chorégraphique comme une étude de l’aspect inconscient et insaisissable de l’être humain et souhaite dévoiler ce que celui-ci cherche à camoufler. Elle développe une physicalité où le corps devient lieu de résonance des sensations complexes et contradictoires qui grondent sous la chair. Son langage chorégraphique est tissé de fins changements de tensions musculaires qui révèlent l’enchevêtrement de plusieurs états, idées, pulsions. Le corps se fait récepteur et transmetteur de forces invisibles, et devient témoin d’une histoire existentielle à la fois personnelle et universelle. L’aspect brut des états de corps s’entremêle avec la précision des lignes et évolue sur une partition finement écrite. Fortement engagés, les interprètes de ses pièces relèvent le défi d’un contrôle précis de la forme, combiné à sa déconstruction par des états performatifs ouverts.

© Caroline Désilets – Catherine Gaudet

Isabelle Van Grimde

Chorégraphe, fondatrice et directrice artistique de la compagnie montréalaise Van Grimde Corps Secrets, Isabelle Van Grimde mène une carrière internationale marquée par des collaborations interdisciplinaires qui élargissent les horizons de la danse contemporaine tout en multipliant les perceptions possibles du corps et de l’œuvre scénique. Son travail se caractérise notamment par la qualité du dialogue qu’elle nourrit entre danse et musique et, depuis 2008, par l’intégration harmonieuse des nouvelles technologies. Artiste-chercheuse ouverte sur le monde, elle mène des recherches théoriques et fondamentales sur le corps qui nourrissent et soutiennent sa démarche artistique. Elle s’échappe de plus en plus souvent des théâtres pour amener la danse dans les galeries, les lieux publics ou sur le web. En 2011, le Conseil des Arts du Canada lui a décerné le Prix Jacqueline Lemieux pour sa contribution à l’enrichissement de la vie artistique au Canada et à l’étranger.

Isabelle Van Grimde

© Michael Slobodian – Isabelle Van Grimde

Mélanie Demers

Après 10 ans de carrière en tant qu’interprète avec O Vertigo, Mélanie Demers fonde sa compagnie MAYDAY où elle explore le lien puissant liant le poétique et le politique. Socialement engagée, elle voyage pour enseigner la danse au Kenya, au Niger, au Brésil et en Haïti. La réalité des pays en voie de développement la mène vers un art qui n’a de sens que dans sa capacité à susciter l’action et la réflexion. C’est dans cette perspective qu’elle crée les pièces Les Angles Morts (2006), Sauver sa peau (2008), Junkyard/Paradis (2010), Goodbye (2012), MAYDAY remix (2014) et WOULD (2015). En 2016, elle entame un nouveau cycle de création avec Animal Triste, qui ouvrait la première saison de l’Agora de la danse dans le nouvel Édifice Wilder en février 2017, et Icône Pop. Elle a présenté ses œuvres dans une trentaine de villes en Europe, en Amérique, en Afrique et en Asie.

Mélanie Demers / © Sabrina- Reeves

Jacques Poulin-Denis

Jacques Poulin-Denis est un artisan des arts de la scène. Compositeur, chorégraphe et interprète, il entreprend des projets qui brouillent les frontières entre la danse, la musique et le théâtre. Il s’est produit dans une vingtaine de villes canadiennes ainsi qu’aux États-Unis, en Europe et en Asie. Il est un proche collaborateur de la chorégraphe Mélanie Demers, avec qui il travaille comme interprète et compositeur depuis 2006.

Jacques Poulin-Denis / © Hugo B. Lefort

Résidences techniques et de création

L’Agora offre ses espaces à de nombreux artistes pour amorcer la recherche autour d’un projet de création, le développer ou encore en peaufiner les aspects scénographiques et techniques.

La création d’aujourd’hui est le patrimoine de demain !Francine Bernier