Artistes en résidences

Du temps et de l’espace pour créer. Véritable incubateur de création en danse contemporaine, l’Agora de la danse accueille toute l’année des artistes dans ses studios montréalais, pendant une, deux ou plusieurs semaines, pour mener leurs premières recherches chorégraphiques, leur travail de création avec les collaborateurs et le peaufinage plus technique de leurs œuvres. Ce soutien est la pierre angulaire d’un milieu chorégraphique toujours plus fertile et innovant.

Artistes associés

Accompagnement et complicités. Ces artistes sont un peu chez eux à l’Agora, qui leur offre des résidences sur de plus longues durées (2 ou 3 ans) afin d’accompagner tout le processus de création d’une œuvre. En retour, ils apportent leur contribution au milieu de la danse et au public (mentorat, ateliers, répétitions ouvertes, etc.).

Catherine Gaudet

Catherine Gaudet s’intéresse aux transformations du corps générées par l’ambiguïté qui anime l’être. Elle approche son travail chorégraphique comme une étude de l’aspect inconscient et insaisissable de l’être humain et souhaite dévoiler ce que celui-ci cherche à camoufler. Elle développe une physicalité où le corps devient lieu de résonance des sensations complexes et contradictoires qui grondent sous la chair. Son langage chorégraphique est tissé de fins changements de tensions musculaires qui révèlent l’enchevêtrement de plusieurs états, idées, pulsions. Le corps se fait récepteur et transmetteur de forces invisibles, et devient témoin d’une histoire existentielle à la fois personnelle et universelle. L’aspect brut des états de corps s’entremêle avec la précision des lignes et évolue sur une partition finement écrite. Fortement engagés, les interprètes de ses pièces relèvent le défi d’un contrôle précis de la forme, combiné à sa déconstruction par des états performatifs ouverts.

© Caroline Désilets – Catherine Gaudet

Daina Ashbee

Daina Ashbee est une artiste, interprète et chorégraphe de Montréal, reconnue pour ses œuvres radicales, à la lisière de la danse et de la performance, qui abordent avec intelligence des sujets complexes ou tabous comme la sexualité féminine, l’identité métisse et les changements climatiques.

Considérée comme l’une des chorégraphes les plus prometteuses de sa génération, en novembre 2016, elle fut doublement primée aux Prix de la danse de Montréal, remportant coup sur coup le Prix du CALQ pour la meilleure œuvre chorégraphique de la saison 2015-2016, décerné pour son installation chorégraphique WHEN THE ICE MELTS, WILL WE DRINK THE WATER?, et le Prix Découverte de la danse, présenté par l’Agora de la danse et Tangente, pour Unrelated En 2017, elle est nommée «Promising Talent of the Year», par le prestigieux magazine allemand Tanz et le Dance Magazine la cite dans sa liste des 25 artistes à suivre en 2018. Elle est régulièrement présentée dans les festivals les plus prestigieux et sur les scènes du monde entier et en parallèle, elle travaille sur une pièce de groupe et un solo dont les premières mondiales sont prévues pour 2020 et 2021.

© Patrice Mathieu – Daina Ashbee

Isabelle Van Grimde

Chorégraphe, fondatrice et directrice artistique de la compagnie montréalaise Van Grimde Corps Secrets, Isabelle Van Grimde mène une carrière internationale marquée par des collaborations interdisciplinaires qui élargissent les horizons de la danse contemporaine tout en multipliant les perceptions possibles du corps et de l’œuvre scénique. Son travail se caractérise notamment par la qualité du dialogue qu’elle nourrit entre danse et musique et, depuis 2008, par l’intégration harmonieuse des nouvelles technologies. Artiste-chercheuse ouverte sur le monde, elle mène des recherches théoriques et fondamentales sur le corps qui nourrissent et soutiennent sa démarche artistique. Elle s’échappe de plus en plus souvent des théâtres pour amener la danse dans les galeries, les lieux publics ou sur le web. En 2011, le Conseil des Arts du Canada lui a décerné le Prix Jacqueline Lemieux pour sa contribution à l’enrichissement de la vie artistique au Canada et à l’étranger.

Isabelle Van Grimde

© Michael Slobodian – Isabelle Van Grimde

Mélanie Demers

Après 10 ans de carrière en tant qu’interprète avec O Vertigo, Mélanie Demers fonde sa compagnie MAYDAY où elle explore le lien puissant liant le poétique et le politique. Socialement engagée, elle voyage pour enseigner la danse au Kenya, au Niger, au Brésil et en Haïti. La réalité des pays en voie de développement la mène vers un art qui n’a de sens que dans sa capacité à susciter l’action et la réflexion. C’est dans cette perspective qu’elle crée les pièces Les Angles Morts (2006), Sauver sa peau (2008), Junkyard/Paradis (2010), Goodbye (2012), MAYDAY remix (2014) et WOULD (2015). En 2016, elle entame un nouveau cycle de création avec Animal Triste, qui ouvrait la première saison de l’Agora de la danse dans le nouvel Édifice Wilder en février 2017, et Icône Pop. Elle a présenté ses œuvres dans une trentaine de villes en Europe, en Amérique, en Afrique et en Asie.

Mélanie Demers / © Sabrina- Reeves

Jacques Poulin-Denis

Jacques Poulin-Denis est un artisan des arts de la scène. Compositeur, chorégraphe et interprète, il entreprend des projets qui brouillent les frontières entre la danse, la musique et le théâtre. Il s’est produit dans une vingtaine de villes canadiennes ainsi qu’aux États-Unis, en Europe et en Asie. Il est un proche collaborateur de la chorégraphe Mélanie Demers, avec qui il travaille comme interprète et compositeur depuis 2006.

Jacques Poulin-Denis / © Hugo B. Lefort

Résidences techniques et de création

L’Agora offre ses espaces à de nombreux artistes pour amorcer la recherche autour d’un projet de création, le développer ou encore en peaufiner les aspects scénographiques et techniques.

Daina Ashbee, Louise Bédard, Raphaël Cottin (en collaboration avec le CCN de Tours), Justine A. Chambers + Laurie Young, Mélanie Demers, Catherine Gaudet, Dana Gingras, Ame Henderson, Alexandra ‘Spicey’ Landé, Catherine Lavoie-Marcus, Jean-Sébastien Lourdais, Katya Montaignac, André Pappathomas, Émile Pineault, Manu Roque, Adma Kinner, Emmalie Ruest, Roger Sinha.

La création d’aujourd’hui est le patrimoine de demain !Francine Bernier