© Teagan Lance

Nightlight

George Stamos

Fil d'ariane

Nightlight

[WEBDIFFUSION] S’abandonner à la Nuit. Qu’elle soit festive ou noctambule, insomniaque ou berceuse, chez George Stamos, elle a l‘extravagance du son en direct, du mouvement, de la haute couture et de l’installation

George Stamos, avec la complicité et la présence du batteur Rémy Saminadin et la collaboration incandescente du créateur de mode Antonio Ortega, nous promène à la faveur d’une nuit féconde. De celles qui possèdent un potentiel immense de sensations ; de celles qui provoquent des transformations déconcertantes. Lorsque l’obscurité tombe, certains sens s’émoussent et d’autres s’aiguisent. George Stamos incarne ici, le réconfort du sommeil autant que l’agitation physique de l’insomnie ou les gestes extatiques de la danse en boîte de nuit. Il explore avec vulnérabilité ces rituels nocturnes comme pour faire jaillir entre les interstices du jour et de la nuit, une lumière colorée, joyeuse, presque sculpturale.

Suite aux restrictions liées à la COVID-19, des changements culturels ont eu un impact important sur nos comportements nocturnes. Durant la pandémie, notre relation au temps a affecté notre rythme circadien, notre relation avec la lumière du jour et nos habitudes de sommeil. NIGHTLIGHT rappelle et réveille le fait que notre corps est social et sensoriel. Alors que nous voyons poindre un monde post-pandémique, ce projet prend une résonance particulière et met en évidence des questionnements sur l’utilisation des espaces publics ou privés et surtout, sur la proximité des corps. Comment une danse peut-elle dépasser l’anxiété collective des rassemblements et inspirer l’espoir ?

George Stamos

Les représentations en salle, prévues en février, sont annulées.

Webdiffusion

11 mars – 12 h au 20 mars 2022 – 23 h 59

15$

Acheter

Partager

Inscription à l'infolettre

* champs obligatoires